Si je connaissais évidemment le Puy-de-Dôme pour ses volcans, je n'étais encore jamais passé par Clermont-Ferrand, que je connaissais seulement de nom. Mais à l'occasion d'une randonnée en quad dans la région, un ami m'a fait découvrir la ville dans laquelle il venait de s'installer. A l'écouter, il aurait pu devenir guide touristique pour la ville, tant ses connaissances dans le domaine étaient précises ! Pour ceux qui n'y sont jamais allés, voici ce que j'en ai retenu. Clermont-Ferrand est né de deux villes distinctes : Clermont et Montferrand. C'est Louis XIII, au XVIIe siècle, qui demanda à ce que ces deux soeurs soient définitivement jumelées, réunies, rassemblées pour ne plus former qu'une seule cité. Si vous ne connaissez pas la région, vous n'imaginez pas à quel point cette ville peut surprendre, au milieu de nulle part. En Auvergne, il y a des puys, des puys, et des puys... et puis il y a Clermont-Ferrand, qui s'est installé entre deux buttes, ou l'on découvre à la fois d'anciens hôtels, des maisons à pans de bois et des constructions bâties en pierre de Volvic. Cette pierre sombre, cette pierre de lave qui est passée de la couleur rouge sang, dans son état liquide, au gris foncé, lorsqu'elle est devenue solide et qu'elle a vieilli. C'est cette pierre de Volvic qui donne son incroyable allure à la cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption, qui tranche radicalement avec les toits en tuiles qui l'entourent. Un monument sombre au coeur de la ville. D'un coup d'œil, on retrouve les deux couleurs prises par la lave dans son parcours terrestre. Si je dois présenter la ville, je ne dois pas oublier de mentionner la présence de l'eau, comme dans de nombreuses autres villes thermales auvergnates. Depuis bien longtemps, « eau miraculeuse » et « sources mystérieuses » donnent naissance à un nombre impressionnant de fontaines de toutes sortes. Ainsi, près de la cathédrale se dresse la fontaine Urbain II, surmontée d'une statue. Elle fut construite en 1895 pour commémorer le huitième centenaire de la présence du souverain pontife à Clermont, venu prêcher la première croisade. Un peu plus loin, place Michel-de-l'Hospital, adossée à un immeuble, la fontaine des Cercles qui rappelle l'ancienne présence d'un marché au bois et à la ferraille. Après avoir traversé le vaste jardin Lecoq, j'ai également trouvé la fontaine de la Pyramide, un nom qui s'explique au premier coup d'oeil. Cet obélisque évoque les campagnes d'Égypte auxquelles participa le général Desaix d'origine auvergnate. Deux rues plus loin, dans le square d'Assas, une grotte abrite la Fontaine du roi des Eaux : d'un style baroque, elle représente Poseidon, le dieu de la mer armé de son trident. La fontaine d'Amboise avec ses trois bassins en pierre superposés, vaut également le détour : elle fut construite en 1515. Et enfin, les fontaines pétrifiantes alimentées par les cinq sources de Saint-Alyre qui, avec le temps, incrustent les objets qui y sont déposés. Voilà quelques-unes des nombreuses raisons pour visiter Clermont-Ferrand ! Les alentours comportent aussi quelques sites très attrayants pour ceux qui, comme moi, apprécient les randonnées en quad en pleine nature. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de cette rando en quad à Clermont.

 

quad11 (3)